image

Une pelouse entretenue toute l'année


Le secteur français du meuble en berne en 2020, sauf pour le jardin


Le marché français de l'ameublement a été pénalisé par la pandémie et la fermeture des points de vente lors des confinements en 2020, à l'exception des meubles de jardin, selon les chiffres publiés mardi par des acteurs du secteur

L'an passé, les ventes de meubles ont ainsi reculé de 4,8% pour atteindre 12,7 milliards d'euros, alors qu'elles étaient en progression d'environ 4% un an auparavant, selon les chiffres de la Fnaem, de l'Ameublement français et de l'Institut de prospective et d'études du secteur Ipea

2020 a en effet « été marquée par la fermeture pendant trois mois de la majorité des points de vente de meubles », souligne cette étude, ce qui a entraîné logiquement un recul des ventes

Toutefois, si le résultat reste négatif, « il n'en constitue pas moins un score plus qu'honorable au vu du contexte sanitaire, social et économique inédit de l'année », selon le communiqué, qui rappelle qu'au premier trimestre 2020, le marché affichait même un repli d'activité de plus de 30%

Dans le détail, en 2020, le segment cuisine a reculé de 2,9% à 3,5 milliards d'euros

Le segment literie a, lui, plongé de 7,6% à 1,65 milliard d'euros, pénalisé notamment par des soucis de stocks au sortir du premier confinement alors que les usines françaises avaient fermé pendant deux mois

Le meuble dit « meublant » (qui comprend les meubles de chambres hors literie, les bureaux, meubles d'appoint hors canapé et fauteuils) a quant à lui baissé de 6,3% à 4,3 milliards d'euros

La fabrication de mobilier professionnel (bureau, collectivités) recule plus fortement, d'environ 20%

« On constate un attentisme important des donneurs d'ordre, notamment sur les grands projets », observe le communiqué

A l'inverse, les ventes de meubles de jardin ont grimpé de 4,2% à 560 millions d'euros

Les ménages ont « investi dès le début du confinement sur ces produits, certains acteurs de la vente en ligne multipliant leur chiffre d'affaires par plus de deux au cours du mois d'avril », soulignent les acteurs du secteur

Pour les distributeurs, les grandes surfaces de bricolage affichent une petite croissance sur l'exercice 2020 (+2,8%)

« Le confinement a lancé de nombreux projets de réaménagement de leur logement de la part des ménages français et le trafic des rayons bricolage profite au mobilier », selon le communiqué

Les spécialistes ont, eux, vu leur chiffre d'affaires reculer d'un peu plus de 2%

La grande distribution d'ameublement - qui représente environ 40% des parts de marché -, a plongé de 10,4% à 4,9 milliards d'euros


Voir la source