image

Une pelouse entretenue toute l'année


jardin botanique de nancy : nature virtuelle mais succès réel


Et si les ressources numériques et la nature faisaient bon ménage ?Pour faire face à la crise sanitaire et continuer à proposer des visites, des cours, des ateliers jeunesse, le Jardin botanique Jean-Marie-Pelt innove, réussit son pari numérique et renforce sa notoriété

Le jardin botanique continue de battre des records

Avec près de 800 visiteurs par jour la semaine passée et jusqu’à 2 000 curieux tout au long du weekend dernier, les Grands Nancéiens n’en finissent pas de déambuler dans les allées du Jardin botanique Jean-Marie Pelt

Moins d’habitants semblent avoir pris la poudre d’escampette pour ces vacances d’hiver, un temps très propice aux sorties et des enfants à occuper, autant de raison pour arpenter les allées vertes sur les hauteurs de Villers-lès-Nancy

Si le parc est ouvert, les serres et espaces pédagogiques restent fermés en raison des contraintes sanitaires

Mais loin d’être fatalistes, les équipes ont eu recours à l’outil numérique

Pendant les confinements successifs, les équipes du Jardin botanique ne se sont pas croisés les bras

Elles ont multiplié les liens avec le public

Une communication qui semble porter ses fruits dans la fréquentation

Frédéric Pautz, le directeur, explique : « Nous avons la chance d’avoir des installations modernes

Avec le Wifi dans nos serres, des tablettes à disposition, caméras, etc

Comme les grands musées, nous nous sommes dits qu’il fallait nous mettre à la page

Tous les après-midi pendant les vacances nous proposons des Facebook live sur des sujets variés, les vendredis après-midi de mars des cours de jardinage pour adultes ou encore des présentations à distance pour les enfants et notamment les publics scolaires du Grand Nancy

Près de 10 000 enfants passent nos portes chaque année en temps normal

Certains, les plus proches géographiquement, poussent encore la porte pour aller se balader dans le parc

» Mais pour les autres enfants, l’opportunité de profiter d’un tel partage de savoirs sans bouger de la classe est tentant

Une expérience pédagogique qui séduit

Ce qui explique que le planning déborde de classes jusqu’à la fin mai pour ses visites virtuelles

Explications, illustrations voire des zooms permettant de se focaliser sur des détails de telle ou telle plante

Ce qui semble bien plus compliqué à opérer et à gérer lors d’une visite en groupe dans l’espace d’une serre par exemple

Les vidéos donc connaissent un grand succès

« L’aspect visio est donc totalement nouveau

Il offre un résultat très sympa pour nos spectateurs

Si pour les Facebook Live, on a peu de monde en direct, les vidéos sont fortement regardées par la suite puisqu’elles restent disponibles

Près de 1 500 vues pour certaines

Maintenant que nous avons investi et déployé cet outil, nous allons continuer dans cette voie

Bien sûr que nous préférons que les gens se rendent dans le parc et puissent demain retourner dans les serres et autres espaces

Faire des animations sur la nature dans la nature reste le modèle idéal

Mais au regard du contexte, le numérique permet de maintenir une activité accessible au plus grand encore pour quelques semaines

»Le directeur du Jardin botanique Jean-Marie Pelt est aussi conscient que les efforts de communication déployés depuis plusieurs semaines modifient les habitudes mais auront un impact durable

« Cela occupe nos équipes qui pouvaient souffrir de l’arrêt des visites, diversifie nos missions et il faut être clair, nous avons aussi réalisé un bond technologique considérable

Des projets, nous en débordons chaque année mais il faut prioriser

Et pas certains qu’en temps “normal”, le numérique se soit retrouvé en haut de la liste

Le Covid-19 nous aura permis d’avancer sur ce chantier-là et de gagner en notoriété

Pour dépasser les frontières du Grand Nancy et du Grand Est

Je rappelle que le Jardin botanique possède des collections où nous sommes référents à l’échelle nationale, à l’image entre autres des plantes carnivores

Nous pouvons donc très bien imaginer présenter toutes ces richesses à des publics scolaires de l’ensemble de la France

Où les enseignants pourraient réserver dans nos créneaux

Et puis, cette communication numérique nous a aussi permis de nous faire connaître ou mieux connaître auprès des Grands Nancéiens

Ils sont nombreux à nous en faire part », conclut Frédéric Pautz

Alors en présentiel pour une balade ou de manière virtuelle pour en savoir davantage, toutes les raisons sont bonnes de se rapprocher du Jardin botanique


Voir la source